Facebook page

 
 

 

 

 

 

Map

Quelles sont les principales maladies allergiques ?

Les rhinites allergiques :

Il s’agit d’une inflammation au niveau du nez liée à la réaction allergique et qui se manifeste par :
- les démangeaisons au niveau du nez
- le nez qui coule
- les éternuements répétés
- le nez bouché
- parfois une perte de l’odorat, troubles du sommeil et altération de la qualité de vie.
Ces manifestations s’associent très fréquemment à des démangeaisons au niveau des yeux, qui deviennent rouges et qui perdent beaucoup de larmes.

Les conjonctivites allergiques :

Elles sont associées à une rhinite dans 50 à 90 % des cas, elles résultent d’une hypersensibilité des conjonctives à un allergène de l’environnement.
Elles se manifestent par : Les démangeaisons surtout des paupières et des angles internes, la rougeur conjonctivale, le larmoiement, le gonflement des paupières, la sensation d’un corps étranger et la photophobie.

L’asthme :

Cette maladie se manifeste par des accès intermittents de difficultés à respirer, au cours des quels le patient va ressentir une oppression thoracique, une soif d’air avec une impression d’avoir un thorax bloqué, un sifflement parfois audible à distance, une anxiété et parfois de la toux. Ces crises de difficultés respiratoires, surviennent le plus souvent la nuit ou après exposition aux allergènes. Leur intensité est variable, ainsi que leur durée. Ces crises d’asthme sont dues à une contraction des muscles et une inflammation des bronches, dont la paroi se trouve rétrécie, expliquant la difficulté du passage de l’air dans les poumons.

La contraction des muscles bronchiques peut être secondaire à une exposition à l’allergène ou à d’autres facteurs tel qu’une exposition aux polluants, aux odeurs fortes et aux changements atmosphériques.


Les allergies alimentaires

Les aliments peuvent chez certaines personnes être reconnus par l’organisme comme une substance étrangère, contre laquelle l’organisme peut développer une réaction immunitaire.

La prévalence de l’allergie alimentaire est estimée à environ 1 % de la population, mais chez les enfants, elle atteint 3% de la population pédiatrique.

Les manifestations cliniques sont variables d’un patient à un autre : Gonflement des lèvres, de la langue, du visage et/ou de la gorge, angio-oedème, urticaire, éruptions, démangeaisons, eczéma, diarrhée, vomissements, douleurs abdominales, rhinite, difficultés respiratoires et état de choc avec risque de mort subite.

Urticaire chez une fille de 7 ans, présentant une polyallergie alimentaire

Les allergies médicamenteuses :

L'allergie médicamenteuse est liée à la sensibilisation de l'organisme soit directement par le médicament lui-même soit le plus souvent par des métabolites dérivés de ce médicament.

Elle se voit dans 10% des prises médicamenteuses. Les manifestations peuvent apparaître durant les premières heures, les premiers jours ou les premières semaines du traitement; elles peuvent aussi survenir après plusieurs traitements antérieurs sans réactions allergiques.

Plusieurs manifestations peuvent être suggestives :

- des réactions allergiques de type choc anaphylactique pouvant être mortel

- des urticaires et un œdème du visage

- des troubles digestifs (nausées, crampes abdominales, vomissements, diarrhées)

- des troubles respiratoires (toux, difficultés respiratoires, éternuements, écoulement nasal)

- un prurit oculaire avec rougeur

- un eczéma plus ou moins étendu pouvant dans les cas extrêmes évoquer une brûlure.

Les médicaments les plus en cause sont les pénicillines, l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Mais n'importe quel médicament peut être responsable.

Œdème du visage et des lèvres suite à la prise d’aspirine

Erythème prurigineux suite à un traitement par du Gemzar (chimiothérapie)

Les eczémas de contact :

L'eczéma de contact est une pathologie fréquente secondaire à un contact avec un produit auquel le patient est allergique.

L'eczéma se caractérise par la présence d’une lésion rouge avec démangeaisons, suivie par l’apparition rapide de vésicules puis de croûtes recouvrantes. Seule la suppression de l’allergène permet la guérison, c’est pourquoi la pratique de patch tests ou tests épicutanés en batterie standard, voire en batterie élargie, est indispensable afin d’identifier l’allergène en cause.

Eczéma de contact chez un travailleur en imprimerie.

Tests épicutanés en faveur d’une allergie au baume du Pérou utilisé sur le lieu de travail.

Eczéma de contact apparaissant 48h après application de Harkous chez une jeune mariée.

Les urticaires :

L’urticaire est une rougeur de la peau, le plus souvent formée de multiples plaques rouges ou rosées, en relief, à contours parfaitement bien délimités, lisses en surface.

Les lésions migrent d’un endroit à un autre. Cette rougeur s’accompagne de démangeaisons féroces altérant la qualité de vie des patients. Parfois, elle s’associe à un gonflement du visage, des lèvres et des paupières et peut même affecter la langue, la luette, les cordes vocales et le larynx et être à l’origine d’une asphyxie.

L’urticaire peut persister quelques heures à quelques jours pour disparaître sans laisser de trace, c’est la forme dite aigue qui représente la forme la plus connue.

En revanche, cette urticaire peut évoluer sur plus de 6 semaines ou récidiver à plusieurs reprises à des intervalles courts. Dans ce dernier cas, l’urticaire sera dite chronique.

Les causes des urticaires sont très nombreuses (allergies alimentaires, allergies médicamenteuses, urticaires physiques, infectieuses, systémiques et néoplasiques). Urticaire à la pression chez une patiente de 23 ans

Urticaire à la pression chez une patiente de 23 ans;

Urticaire aigue de l’abdomen par allergie alimentaire. Prick tests alimentaires en faveur d’une allergie au céleri, au choux, au fenouil et au carvi.

Les dermatites atopiques :

La dermatite atopie dite également eczéma constitutionnel ou eczéma atopique constitue une affection relativement fréquente en particulier chez les enfants, même si cette pathologie affecte également les adultes. Elle constitue le premier marqueur du terrain allergique. Classiquement, l'affection débute après l'age de trois mois. L'éruption prédomine à la face et au niveau des joues. La surface érythémateuse est parsemée de vésicules et de pertuis donnant issue à un suintement séreux qui se transforme en croûtes.

Il s’y associe à des lésions de grattage. D'autres régions que la face peuvent être touchées : fesses, mains, membres et lobule de l'oreille. L'état général est dans l'ensemble, bien conservé. Les lésions évoluent par poussées successives séparées de périodes de guérison.

Eczéma des joues et du menton chez un nourrisson atteint d’une dermatite atopique par allergie alimentaire à l’oeuf.

Les allergies aux venins d’insectes :

Elle est causée le plus souvent par des piqûres d’abeille, de guêpes, de bourdons ou de frelons.

Les réactions cliniques les plus fréquentes sont des réactions locales qui peuvent s'étendre.

Des réactions générales comme l’urticaire généralisée, l’œdème de Quincke, l’asthme ou même le choc anaphylactique peuvent être observées avec la possibilité d’un décès rapide dans les minutes suivant la piqûre.

Twitter icon
Facebook icon
Google icon
StumbleUpon icon
Del.icio.us icon
Digg icon
LinkedIn icon
MySpace icon
Newsvine icon
Pinterest icon
Reddit icon
Technorati icon
Yahoo! icon
e-mail icon